Alternative(s)

Alternative(s)

L'autruche énergétique et les rapaces privés...

Carte blanche parue dans l'Echo ce 21 août 2014

 

D’urgence, un Plan énergétique sûr, juste et durable

(titre original: "L'autruche énergétique et les rapaces privés")

Le vent de panique qui souffle sur notre pays suite à l’incident survenu à la centrale nucléaire de Doel 4 a provoqué une subite prise de conscience de l’importance d’une gestion cohérente du secteur énergétique de la part des autorités fédérales.

L’arrêt du réacteur de Doel 4 renvoit, en effet, au problème de sécurité d’approvisionnement dans sa globalité. En janvier 2013, le pays avait d’ailleurs déjà frôlé le black out et des mesures de réduction d’électricité en zones habitables avaient été plus que sérieusement envisagées.

De longue date, la FGTB rappelle ses craintes liées au secteur énergétique. Ainsi, le syndicat déplore que l’Etat fédéral laisse les producteurs privés fermer des centrales de production d’électricité turbines-gaz-vapeur, entraînant, rien que pour les trois dernières années, plus de quatre cent cinquante pertes d’emplois directs et compromettant l’alimentation électrique du pays, avec plus de 2.300 MW non produits. 

Malgré l’engagement du gouvernement fédéral et du Secrétaire d’Etat à l’énergie de l’époque, Melchior Wathelet, de déposer un plan d’équipement du secteur énergétique permettant d’assurer un approvisionnement suffisant au niveau du pays, aucune solution cohérente n’a été mise en œuvre, plaçant le pays dans la situation que nous connaissons aujourd’hui et contribuant à alourdir le bilan social en termes de pertes d’emplois.

Les seules pistes envisagées par le Secrétaire d’Etat Wathelet, c’est-à-dire l’importation d’électricité en provenance de pays voisins, la réserve stratégique, ou encore les plans de délestage, brillent par leur incohérence. On ne peut en effet que s’interroger sur le coût potentiel de l’importation de l’électricité vers la Belgique et sur les garanties si les pays exportateurs décident de garder leur électricité en cas d’hiver trop rude. La réserve stratégique, elle, est insuffisante et inefficace compte tenu des niveaux de rentabilité exigés par les actionnaires privés. Quant au plan de délestage (mettre moins d’électricité sur le réseau), il revient, dans les faits, à collectiviser le coût de l’électricité des entreprises privées grosses consommatrices.


Ceci illustre clairement le risque et le danger que court un Etat qui ne détient pas la maitrise d’un secteur aussi stratégique que celui de l’énergie et qui laisse le privé manœuvrer à sa guise, plaçant la maximisation des profits des actionnaires au détriment de l’intérêt général de la population. Rappelons-nous le sabotage orchestré en 2013 par Electrabel qui choisissait délibérément de rendre inexploitable le site de Ruien en cisaillant les câbles d’alimentation afin d’empêcher toute reprise des activités de production (sans réaction aucune des autorités fédérales). 

Pour toutes ces raisons, la FGTB exige la mise en œuvre urgente d’un véritable plan d’équipement permettant d’assurer une production d’électricité en Belgique, en concertation avec les interlocuteurs sociaux et sous la maitrise de l’Etat.

 

Ce plan d’équipement devra impérativement prévoir un mix énergétique (de production existante, de gaz, d’énergies renouvelables & de technologies innovantes) permettant de répondre aux besoins de la population et d’assurer le développement indispensable du tissu économique générateur d’emplois dans le secteur de la production d’énergie, mais également de l’industrie et de tous les services qui en découlent. Conjointement à ce plan, un vaste programme de gestion de la demande et d’utilisation rationnelle de l’énergie doit être développé : l’énergie la moins chère et la plus sûre est celle qui n’est pas consommée !

Pour ce qui concerne le secteur nucléaire, la priorité absolue de la FGTB reste la sécurité de la population et des travailleurs. 

Ainsi, sans revenir sur l’engagement de sortir progressivement du nucléaire, il conviendra de s’assurer que le mix énergétique de production respecte les objectifs d’indépendance énergétique maximale et de sécurité d’approvisionnement du pays, tout en garantissant une transition énergétique juste, c’est-à-dire le maintien des emplois et des niveaux de qualifications (et de rémunérations) des travailleurs indispensables au renforcement de ce secteur d’avenir.

Jean-François Tamellini
Secrétaire fédéral FGTB



21/08/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres