Alternative(s)

Alternative(s)

Motion de solidarité à l'égard des ressortissants afghans: appel au Conseil Communal de Frameries

Après la ville de Mons, qui ne se sent pas concernée par les déportations de ressortissants afghans dans un pays en guerre, au mépris des conventions internationales, il semblerait que la commune de Frameries refuse elle aussi de marquer sa solidarité avec des personnes en danger de mort.

Le conseil communal ne s'estime pas compétent pour adopter une simple Motion de soutien demandant d'arrêter d'envoyer des êtres humains risquer de se faire tuer dans un pays en guerre...

Pour rappel, un ressortissant afghan, expulsé par la Belgique, s'est fait tuer lors de son retour en Afghanistan il y a quelques mois, faisant porter à la Belgique une lourde responsabilité. Et de nombreux citoyens afghans se font encore tuer chaque jour dans un contexte de guerre reconnu au niveau international.

Une Motion qui ne coûte pas grand chose, mais qui marquerait néanmoins un acte de solidarité internationale et humanitaire tel qu'il est permis de le concevoir dans une commune à majorité socialiste. Une forme de résistance moderne qui ne demande pas beaucoup de courage et qui pourtant marquerait un acte de solidarité indispensable dans une période où le fascisme et le rejet de l'étranger reviennent au galop...

En tant que Secrétaire fédéral de la FGTB, en charge notamment des matières liées à l'immigration, je poursuis le travail entamé au sein de la plateforme de soutien aux afghans (réunissant plus de 60 organisations dont la Ligue des droits de l'homme, la CSC et de nombreuses autres associations) afin de mettre la pression sur les autorités fédérales.

Mais c'est ici en tant que citoyen de Frameries que j'en appelle aux élus socialistes et à tous les autres élus progressistes du conseil communal de Frameries à marquer leur solidarité en déposant une Motion de soutien exigeant l'arrêt immédiat des expulsions des ressortissants afghans depuis notre territoire.

Dans un passé pas si éloigné, Frameries et le Borinage ont joué un rôle prépondérant en matière de résistance.

Je voudrais ainsi rappeler aux élus de la commune un élément marquant qui s'est déroulé durant la seconde guerre mondiale dans le Borinage. En évoquant l'action dite de "La grande coupure" menée par le comité de résistance connu sous le nom de "Comité G" en janvier 1944. Une action d'une importance essentielle, qui entrava lourdement la progression nazie sur nos terres...

"Un des plus grands faits d’armes du Groupe G fut ce que l’on a appelé « La grande coupure ». Il eut lieu le soir du 15 janvier 1944. Le plan avait été mûrement réfléchi et prévoyait d’abattre les pylônes supportant les câbles d'alimentation électriques des zones industrielles. Tous les lieux de sabotage avait été choisis pour l’importance des perturbations que leur destruction allait provoquer dans les usines et les moyens de communications. La préférence fut donnée à des sites d’accès difficile, là où les opérations de réfection seraient plus longues à réaliser. Ce soir là, entre 20 et 23 heures, les membres du G firent sauter les pylônes du Borinage. Une série de sabotages enchaîna immédiatement, remontant vers La Louvière, Court-Saint-Étienne, Charleroi, Namur, puis, bifurquant vers la région liégeoise, atteignit Bressoux et Visé, tout en rayonnant en direction d’Alost, Termonde, Malines et Courtrai. Au total, la démolition à l'explosif de 28 pylônes à haute tension eut pour effet de priver d'énergie de façon durable de nombreuses usines à travers tout le pays. Un grand nombre d’entreprises réquisitionnées par les Allemands pour leur production de guerre furent immédiatement à l’arrêt et certaines n’étaient pas encore remises en état à la libération. Les conséquences de cette opération se firent durement sentir aux Allemands jusqu’à la fin de la guerre." (Source Centre de recherche et d'études historiques de la seconde guerre mondiale et Wikipedia)

En déposant une simple Motion de soutien aux afghans du béguinage, vous pouvez vous aussi marquer un acte de résistance en contribuant à faire tomber un de ces pylônes qui pourra peut être permettre d'empêcher la progression de cette vague brune qui s'abat sur nous.

Au nom des valeurs que d'autres avant nous ont défendues, et que les générations futures, en leur montrant la voie à suivre, continueront, espérons-le, à défendre après nous.

Salutations citoyennes,

Jean-François Tamellini
Citoyen de Frameries
Secrétaire fédéral FGTB



21/03/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres