Alternative(s)

Alternative(s)

Sauver les travailleurs d'Arcelor ou les actionnaires de BNP?

Sauver les travailleurs d'Arcelor ou les actionnaires
des banques françaises?

 

On a appris ce 26 octobre, jour de la manifestation organisée contre la fermeture de la phase à chaud de Liège, que les milliards qui ont servi à recapitaliser Fortis (avec notre argent) servent en fait à éponger les dettes et autres mauvais placements de la filiale bancaire française! (Cfr article ci-dessous)

 

Nous le dénonçions depuis longtemps mais l'affaire apparaît au grand jour.

 

Et on voudrait nous parler d'austérité?

 

Si les règles européennes ne permettent pas au peuple de se réapproprier Cockerill, ces mêmes règles permettent de nationaliser les banques.

 

Nous devons exiger que ces banques recapitalisées avec notre fric reviennent dans le giron public. Non plus pour couvrir les actifs toxiques ou les pertes des actionnaires, mais bien pour se réapproprier les outils de production des secteurs stratégiques, dont la sidérurgie, qui doivent être immunisés de toute opération spéculative.

 

Nous devons replacer la finance et l'économie au service du social!

 

Nous exigeons du gouvernement qu'il cesse sur le champ de se faire le complice de ce hold up financier.

 

Nous nous opposerons à tout plan d'austérité visant à faire payer la recapitalisation des banques et le sauvetage des actionnaires sur le dos des travailleurs.

 

Que les choses soient claires: les citoyens et les travailleurs n'accepteront plus de se faire
braquer par des capitalistes, avec ou sans la complicité du gouvernement!

 

 

 

 

 

 

Les milliards de Fortis au secours de BNP Paribas

(26/10/2011)

 

© BELGA

 

 

Les administrateurs de Fortis, dont l'Etat belge détient 25%, n'auraient pas été informés de ces
mouvements

 

BRUXELLES La banque belge, rebaptisée BNP Paribas Fortis depuis son rachat par la maison éponyme en 2009, alimenterait l'institution française, actuellement bousculée par la crise de la
dette, à hauteur de près de 30 milliards d'euros. Autrement dit, les dépôts des épargnants belges serviraient à soutenir les investissements de BNP Paribas, rapporte mercredi le quotidien Le Soir.

 

Ces flux entre Bruxelles et Paris préoccuperaient la Banque Nationale qui suivrait la situation de manière "très attentive". Les administrateurs de Fortis, dont l'Etat belge détient 25%, n'auraient pas été informés de ces mouvements.

 

Les milliards d'euros mobilisés par le bras belge pour irriguer BNP Paribas ne seraient pas compensés par des retours français dans des proportions identiques, d'après Le Soir.

 

La banque Fortis était tombée en 2009 dans l'escarcelle de BNP Paribas.



27/10/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres