Alternative(s)

Alternative(s)

Cri du coeur...

Message que mon frère m'a demandé de relayer...

 

Toutes les mamans le savent: PORTER la vie est ce qui peut arriver de plus merveilleux à une femme. Voir naître son enfant relève du miracle. Le voir grandir, évoluer. Lui apprendre à se défendre, lui inculquer des valeurs. Le regarder croquer la vie à pleines dents, le consoler quand ça va mal. Etre submergée de bonheur à chaque fois qu'il est heureux. Ceci représente en partie le rêve qu'ont les mamans pour leurs enfants.

 

Mais il arrive que le rêve se transforme en cauchemar. Sans raison apparente. Et sans la moindre explication.

En quelques instants, tout ce qu'on croyait solide, inébranlable, indiscutable, tout ça s'effondre, sans prévenir, sans demander l'avis de qui que ce soit. Le bonheur complet disparait, pour laisser place à l'incompréhension, à l'incrédulité. Et ensuite c'est la colère qui s'en mêle. Elle monte, elle monte, sans même jamais donner l'illusion qu'elle cessera un jour.

 

Et tout ce temps que l'on perd à essayer de comprendre ce qui se passe, à trouver une explication logique, tout ce temps est à jamais perdu, il ne nous sera pas rendu.

 

Mais ces étapes qui jalonnent le chemin du deuil, ces combats qui paraissent insurmontables, sont tout autant inévitables qu' indispensables.

 

On ne se remet pas de la perte de son enfant. Mais il faut pouvoir accepter la douleur que cela représente pour pouvoir espérer se reconstruire. Le déni, ou même une stagnation dans la colère, seront des freins considérables à la perspective d'un avenir plus serein.

 

Cette insoutenable réalité, est aujourd'hui la nôtre. Et puisque je n'ai pas le choix, je me résous à l'accepter.

 

Mais mon épouse, la femme qui a fait de ma vie un morceau de paradis, n'en est pas encore là.

 

Car la nature ne s'est pas contentée de lui arracher notre bébé, elle lui a aussi pris ce qui faisait d'elle, anatomiquement, une maman.

 

Le deuil à perpétuité est assuré. Chagrin, tristesse et douleurs infinies sont désormais son quotidien.

 

Mais elle doit en plus de cela affronter l'idée qu'elle ne pourra plus jamais être enceinte. Elle ne sentira plus de bébé bouger dans son ventre. Elle ne connaitra plus la joie de l'allaitement. Et elle ne pourra plus jamais serrer SON bébé dans ses bras, pour l'innonder d'amour comme elle sait si bien le faire.

 

Je donnerais ma vie 100 fois en échange de celle de notre Petit. Je remonterais le temps pour essayer d'empêcher ce drame. Je changerais l'histoire si je le pouvais. Mais tout ceci est impossible.

 

Parcontre, un petit espoir persiste.

 

Une minuscule lueur, au bout d'un interminable tunnel, existe. Car le chirurgien qui a procédé à la césarienne de ma femme a réussi à sauver ses ovaires permettant, par conséquent, l'ovulation.

 

Ce qui signifie que nous pouvons encore être des parents biologiques. (Nous savons que l'adoption reste une option, mais nous ne l'envisagerons qu'après avoir tout tenté dans la voie biologique.)

 

Mais il nous faudrait pour cela avoir de la chance. La greffe d'utérus n'étant pas possible, nous nous retrouvons dans une position très inconfortable. Celle de demandeurs.

 

Nous avons horreur d'embêter le monde, de demander service. Sauf que cette fois, nous n'avons pas le choix. 

 

Nous DEVONS demander de l'aide. Cette chance qui nous manque pour l'instant, ce miracle que nous espérons porte un nom. Ce don que la nature a cruellement arraché à Véro, une autre femme peut le réaliser. Cette personne exceptionnelle que nous recherchons est une MERE PORTEUSE.

 

Comme son nom l'indique, son rôle sera de PORTER notre enfant. La génétique de l'enfant sera entièrement la nôtre, mais la grossesse et l'accouchement seront son oeuvre, son cadeau, son INESTIMABLE bonne action.

 

 

Il n'existe pas de plus belle chose que de donner la vie. Mais quand ce geste est réalisé pour autrui, il prend une dimension tellement grande que je ne parviens pas à lui trouver un nom.

 

9 mois pour une femme. L'éternité pour une famille.

 

Existe-t-il une personne qui aura cette générosité ?

 

Je l'espère au plus profond de moi. Car vivre sans Adriano est difficile. Mais voir ma Véro dans la souffrance et l'isolement est complètement insupportable. Sans parler de Flavio qui sera seul au monde le jour où nous disparaîtrons.

 

Je demande très rarement de l'aide, mais si je ne devais être exaucé qu'une seule fois dans ma vie, je donnerais tout pour que ce soit celle-ci. Si vous connaissez une personne ayant potentiellement cette grandeur d'âme, rien ne vous coûte de lui en parler. 

 

Veuillez avoir la gentillesse de ne nous contacter que si vous vous sentez concernée au point d'entamer la démarche. Nous vous expliquerions tout ce qu'il y a à savoir avant de prendre une décision finale. Afin de nous éviter de faux espoirs, sachez tout de même immédiatement qu'il est impératif d'ETRE DEJA MAMAN, d'avoir MOINS de 45 ans et de ne pas souffrir de problèmes PSYCHOLOGIQUES.

 

Ne vous donnez pas la peine de nous de nous expliquer quelles sont les filières existantes, tant en Belgique qu'à l'étranger, car nous nous sommes déjà bien renseigné sur le sujet. Toutes les pistes qui existent sont soit trop risquées, soit bien au-dessus de nos moyens. Mon appel à l'aide est plus ou moins notre dernière cartouche.

 

Merci à vous.

 

Véro et Fred Tamellini.



23/08/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres