Alternative(s)

Alternative(s)

Bacquelaine (MR): menteur ou incompétent?

Concertation sociale : nouvelle manipulation du gouvernement Michel. Mensonges ou incompétence ?

Nouvelle manipulation de la part d’un Ministre MR dans le cadre de ce qui devient une réelle mascarade de concertation sociale. C’est cette fois, même s’il n’en est pas à son coup d’essai, le Ministre des pensions Bacquelaine qui tente de contourner les interlocuteurs sociaux pour imposer le débat sur le système à points.

Dans la déclaration de politique générale du 30 octobre relative aux pensions, on lit en effet que "le Bureau Exécutif du Comité National des Pensions a décidé la mise en place d'une commission pension à points".

Or, comment le Bureau du CNP pourrait-il avoir décidé de la mise en place de cette commission système à points, comme l’affirme la déclaration de politique générale du 30 octobre (visible publiquement sur le site de la Chambre) alors que la discussion pour savoir si ce point doit figurer à l’ordre du jour du CNP ne devait être discutée que ce… 9 novembre ? Si ce n’est pour faire pression sur les organisations syndicales ?

Mensonge dénoncé lors du Bureau du CNP de ce lundi 9 novembre par la FGTB, qui rappelle qu'il a été décidé que la priorité absolue des travaux du CNP serait concentrée sur la définition des critères de pénibilité. Élément qui avait été confirmé lors du Bureau du CNP du 28/9/15 par le cabinet Bacquelaine lui-même! Le cabinet avait en effet reconnu que vu le report de l'âge de la pension, il convenait de s'attaquer au plus vite aux exceptions permettant aux travailleurs soumis à des conditions de pénibilité de pouvoir bénéficier de conditions plus favorables. Concernant le système à points, le cabinet Bacquelaine avait ajouté que compte tenu du fait que l'implémentation de ce système n'était pas prévue avant 2030, les discussions concernant ce système pouvaient attendre, l'objectif étant d'en définir les principes avant la fin de la législature (théoriquement 2019).

Le représentant du cabinet du Ministre, coincé par ce flagrant délit, se contentant de dire que la déclaration de politique générale était "partie trop tôt". Ne répondant pas à la question de qui rédige les déclarations de politique générale qui reprennent uniquement le point de vue patronal et anticipent les discussions de concertation entre interlocuteurs sociaux.

Anticipation loupée en l'occurrence puisque le résultat des discussions du Comité national des pensions ne fut pas, comme affirmé dans la déclaration de politique générale publiée il y a 10 jours, la mise en place d'une commission pensions à points, mais la confirmation de la priorité des discussions sur la pénibilité.
A coté de la commission pénibilité, une commission stratégique sera mise en place pour parler globalement des réformes des pensions. Et si le patronat souhaite y parler système à points, les organisations syndicales pourront amener  leur vision en termes de soutenabilité sociale des pensions et de niveau de pension décente.

Ce n'est pas la première fois que le Ministre des pensions illustre sa façon bien particulière de considérer la concertation sociale. Ainsi, pour adopter la décision de supprimer le bonus pension (seule mesure qui incitait, plutôt que sanctionnait, les travailleurs qui le pouvaient à prester plus longtemps), le Ministre Bacquelaine fit semblant de consulter les interlocuteurs sociaux alors que la décision avait été adoptée par le conseil des ministres... 5 jours plus tôt.

L'art de prendre les gens pour des imbeciles... Ou alors l’expression du mépris absolu de la concertation sociale, uniquement au service du patronat.

Sur le fond, la tentative du Ministre d’imposer le système à points à tout prix réside simplement dans la volonté du gouvernement d’utiliser les pensionnés comme de simples variables d’ajustement des déficits de l’Etat. Contrairement à ce qu’il continue à affirmer, le réel objectif du gouvernement vise à diminuer le montant de la pension légale pour soulager les budgets et favoriser les pensions privées capitalisées.

La vraie question est de savoir si le Ministre, à l'instar de plusieurs de ces collègues du MR, est un menteur ou "simplement" un incompétent...

Si on se réfère à ce qui s'est passé il y a 3 semaines à la Chambre, où le Ministre affirmait haut et fort que les pensionnés n'avaient pas subi de saut d'index et qu'ils n'en subiraient pas avant fin 2016... alors que le saut d'index avait bien été appliqué aux pensionnés dès juin de cette année, les privant de 2% de leur pouvoir d'achat, on peut à nouveau se poser la question: Menteur ou incompétent?

Une chose est sûre: Le Ministre des pensions ne sait définitivement pas ce que vivent la plupart des pensionnés et des travailleurs en dehors des quartiers huppés. Et ce n'est pas lui ni ses collègues du gouvernement qui amélioreront leurs situations... 



09/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres