Alternative(s)

Alternative(s)

La concertation sociale est morte. Vive la concertation sociale!

Twitter94eda0d.jpg
La concertation sociale est morte. Vive la concertation sociale!

Le 6 novembre 2014, plus de 120.000 personnes de tous horizons descendaient dans les rues de Bruxelles pour s'opposer au gouvernement des riches et des patrons.

Le 15 décembre, après 3 grèves qui paralysent les provinces, c'est le pays tout entier qui s'arrête à l'appel des syndicats.

Le message populaire est clair:

Soit ce gouvernement revoit sa copie sur:

- le saut d'index - le blocage salarial - la pension à 67 ans - la fiscalité (qui soulage les citoyens en faisant contribuer le grand capital) - une réelle concertation sociale

... soit on continue à mettre la pression jusqu'à ce que le gouvernement craque!

8 mois après le 15 décembre, 9 mois après   que le peuple ait déposé cet ultimatum clair et précis, aucune de nos revendications n'a été entendue:

- Saut d'index confirmé: 2,5 milliards pris aux travailleurs pour les donner aux actionnaires... qui ne créent aucun emploi - Salaires en berne, avec quelques miettes ramassées sous la table - Pension à 67 ans votée - Tax shift qui a fait pshiiit, avec une augmentation des taxes pour les citoyens via la tva sur l'électricité, le diesel et autres accises, pour diminuer les "charges" de patrons... qui ne créent pas d'emplois - une mascarade de concertation sociale qui ne sert qu'à mettre en oeuvre l'accord du gouvernement (les patrons étant dans un fauteuil)

Pire, vu l'absence de réactions, le gouvernement a ajouté quelques lignes à l'addition!

Après les exclusions des chômeurs et la fin des prépensions, ce sont les malades aujourd'hui qui sont attaqués.

Les pensions complémentaires seront désormais sans risque pour les patrons et plus taxées pour les travailleurs.

Quant aux salaires, le gouvernement veut en finir avec les barèmes à l'ancienneté...

Et maintenant? Croire que la concertation sociale va ressusciter? Sérieusement? Que le conseil national du travail ou le comité national des pensions va sauver les travailleurs? Que le G10 va raisonner le gouvernement pour le ramener à de meilleurs sentiments vis-à-vis des travailleurs?

Si nous ne mettons pas le gouvernement au dos du mur, il va continuer à appliquer son programme ultra libéral. Tout ce que nos parents et grands parents ont obtenus, nous allons le perdre. Pour construire quel avenir à nos enfants?

Si nous ne construisons pas une alternative à ces politiques libérales, si nous ne redonnons pas des perspectives aux travailleurs, nous perdrons tout!

Pire, dans un contexte où des milliers de demandeurs d'asile frappent à nos portes, si nous ne construisons pas une alternative de gauche en rappelant que ce sont les politiques libérales qui ont créé la misère dans leurs pays d'origine, ce sont les fascistes et les nationalistes qui prendront la main...

La seule question qui doit être posée, c'est de savoir comment mettre efficacement le gouvernement dos au mur...

En sachant, et c'est l'histoire récente et moins récente qui nous le rappelle, que ce n'est qu'en mettant la pression sur les donneurs d'ordre du gouvernement que nous pourrons y parvenir. En ciblant ceux qui tiennent les rênes de ce système.

Deux entreprises contrôlent à elles seules les transactions financières mondiales. Euroclear et Clearstream, localisées à Bruxelles et au Luxembourg.

Quelques entreprises gèrent l'ensemble des paiements électroniques du pays.

Et puis il y a les banques, la bourse et les compagnies d'assurance.

Sans oublier les entreprises qui font la loi au sein de la fédération des entreprises de Belgique, cette association qui dicte la loi au 16 rue de la loi..

Ce n'est pas de la manière la moins pénible dont nous nous ferons manger qu'il faut discuter, mais de la bonne recette pour en finir avec ceux qui nous empoisonnent.

Le 7 octobre est un moment important. Nous devons reposer un ultimatum populaire comme celui du 15 décembre, à l'appel de tous les acteurs progressistes, des syndicats, des plateformes citoyennes et de tous ceux qui veulent que cela change. 

Avec des messages clairs et des lignes qui engagent les prochains gouvernements. Et en tenant compte de ce qui s'est passé depuis 8 mois. C'est à dire en redonnant des perspectives aux travailleurs pour l'après 7 octobre.

Pas un bis repetita de ce que nous avons fait après le 15 décembre 2014. Mais des propositions claires pour continuer à mettre la pression sur ceux qui dictent réellement les lois.

Leurs pantins, Michel et sa bande, s'aligneront!

Et alors nous redonnerons un sens à la concertation sociale...

 



26/08/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres