Alternative(s)

Alternative(s)

Et si le référendum à Athènes était plus important encore que la chute du mur de Berlin?

Je ne sais pas si on se rend bien compte de l'importance de ce qui se déroule en ce moment à Bruxelles...

Je ne sais pas si on mesure bien que ce qui va se passer le 5 juillet à Athènes est au moins aussi important que ce qui s'est passé le 9 novembre 1989 à Berlin...

C'est une des pages les plus importantes de l'Europe qui est en train de s'écrire.

Celle qui commence enfin le chapitre d'une Europe sociale.

Une Europe où le peuple redeviendrait plus important que la finance.

Une Europe où la démocratie prendrait le pas sur la technocratie.

Une Europe qui ne serait plus celle de la compétition entre nations, mais celle de la solidarité pour le peuple. Par le peuple...

Ce qui se joue en ce moment n'est pas une tragédie grecque comme les chiens de garde du système ne cessent de le répéter. Pour tenter de jouer sur les peurs et décridibiliser ceux qui résistent.

Ce n'est d'ailleurs ni un jeu, ni une récréation... Mais la démonstration qu'il est possible de choisir une autre route et de refuser ces traités d'austérité qui nous enfoncent chaque jour un peu plus.

Cette page qui s'écrit en ce moment par le peuple grec est la plus importante de notre histoire. La première page de la révolution citoyenne à laquelle tant de nous ont rêvé.

En 1989, lors de la chute du mur de Berlin, certains ont voulu nous faire croire qu'il n'y avait plus d'alternative au capitalisme. La page qui s'écrit en ce moment, sous nos yeux, montre qu'une alternative est non seulement possible, mais indispensable. Non plus pour construire des murs, mais pour les faire définitivement tomber! Mettre fin aux totalitarismes pour redonner un sens à la démocratie...

Cette page qui s'écrit vise à redéfinir les bases d'une société plus juste et plus solidaire. Une société où la valeur humaine prime sur le profit et le capital.

C'est pourquoi certains veulent à tout prix la déchirer avant même qu'elle ne soit écrite. Ils ont trop à perdre. Nous avons trop à gagner en cessant d'être leurs esclaves.

Ne les laissons pas nous empêcher de reprendre le cours de notre histoire, de reconstruire les bases d'une société plus juste. Pour nos enfants, pour nos ainés et pour toutes celles et ceux qui se battent pour plus de solidarité.

Concrètement, la commission européenne, le FMI et les autres vautours de la finance vont décider de punir le peuple grec pour avoir osé les défier.

Le gouvernement Tsipras devra chercher d'autres alliances, un autre modèle pour avancer. Nous devrons les aider à passer ce cap, réfléchir et construire ce modèle ensemble.

La solidarité internationale, c'est maintenant ou jamais. La confédération européenne des syndicats a ici un rôle énorme à jouer et devra prendre ses responsabilités. A nous de les y forcer!

Le combat du peuple grec est le nôtre. Nous devons résister avec eux pour enfin construire cette Europe sociale à laquelle nous avons tant rêvé.



28/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres