Alternative(s)

Alternative(s)

De qui se moque le patron des patrons?

 

 

 

De qui se moque le patron des patrons?

L'interview du patron des patrons dans le Soir de ce samedi (5/9/15) est très claire: Le patronat va continuer à se servir de la "concertation sociale" pour reprendre tous les acquis des travailleurs et favoriser les grandes entreprises et les gros actionnaires.

Si les syndicats n'acceptent pas de négocier le poids des chaines, le gouvernement s'en chargera!

Concernant la réduction collective du temps de travail, Timmermans ne laisse planer aucun doute: "Une telle demande, à ce point idéologiquement teintée, n'a guère de chance d'arriver à la fin d'un processus de discussion et de sélection de sujets à négocier entre partenaires (sic) sociaux".

Circulez, y a rien à voir...

Par contre, il annonce la couleur pour a suite des discussions: "L'idée d'un compte carrière, alimenté de manière flexible par le travailleur (...) me semble une meilleure idée".

Le compte carrière, encore appelé le compte épargne temps, c'est cette arnaque absolue où les travailleurs font des heures supplémentaires à tout casser (au détriment de la création d'emplois et de leur santé) ou reportent leurs congés, pour financer eux-mêmes, en bout de course, leur fin de carrière.

Pile poil pour le système de pensions à points voulu par le gouvernement. Avec une possibilité de convertir les heures supp, congés et autres avantages, en points de pension complémentaire.

Autre objectif des patrons clairement cité également: revoir la loi de 1996 sur l'évolution des salaires.

Timmermans dit que si certains (syndicats) ne veulent pas en discuter dès maintenant, il devra en conclure que "certains autour de la table souhaitent que le gouvernement décide à leur place".

Un chantage total qui signifie que si les syndicats ne lâchent pas encore un peu plus de lest dans la négociation, le gouvernement s'en chargera.

En ligne de mire, la fin des barèmes liés à l'ancienneté (les plus âgés, moins productifs, retomberont au salaire le plus bas...). Et probablement de nouvelles attaques sur l'index, déjà sous perfusion.

En ce qui concerne les pensions et les travaux du fameux Comité National des Pensions, le discours est limpide également: "Définir ce qu'est un travail pénible relève de l'impossible". Pas la peine d'y penser donc...

Concernant la création d'emplois en échange des milliards de réductions de cotisations patronales, le patron des patrons se dit "convaincu que le tax shift va créer des emplois". Il ajoute "mais cela dépendra de tellement de facteurs que je ne peux m'engager"!

Et il nous sort une fois de plus le fameux théorème de Smith, totalement bidon, qui dit que les cadeaux aux entreprises se traduiront en investissements, qui eux mêmes se transformeront en emplois.

Et le type ose dire que c'est la FGTB qui fait de l'idéologie...

Cerise sur le gâteau et comble de l'ironie, Timmermans parle de la manif du 7 octobre: "une manifestation, oui, pas une grève. La nuance est importante". Sous-entendu, continuez à faire des manifs si ça vous amuse, tant que vous ne faites pas de grèves à travers un plan d'actions sérieux, cela ne met aucune pression sur le patronat...

Après le comble de l'ironie, le comble de l'hypocrisie cette fois, c'est cette proposition du patron des patrons de tenir une conférence pour "aider" les réfugiés. Parce que, tout comme BHV, il a été touché par la photo de ce petit garçon retrouvé noyé sur cette plage de Bodrum.

Dans le meilleur des cas, ce sera un peu de charité. Dans le pire, la FEB cherchera à  exploiter la misère ou à mettre en concurrence les petits contre les plus petits...

Mais ne comptez pas sur le patron de la FEB pour s'attaquer à ces multinationales qui créent la misère dans le monde et forcent les populations locales à devoir fuir la pauvreté.

Pure idéologie que cela!



05/09/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres