Alternative(s)

Alternative(s)

Quand les multinationales dictent leurs lois aux Etats

Quand les multinationales dictent leurs lois aux Etats...


En deux jours d'intervalle, Mittal vient de démontrer toute
l'impuissance des gouvernements wallon et français en tant qu'acteurs
économiques.

Plus intéressé par les phases à chaud de Liège et de Florange, pas assez
rentables selon lui, Mittal renvoie Marcourt et Montebourg à leurs cours de
droit pour leur rappeler qu'ils n'ont pas à se mêler de ses affaires ni à toucher
à "ses" propriétés privées...

Que les Etats ou les Régions laissent les travailleurs se faire bouffer par des
patrons avides de profits n'étonne plus personne. On crie à l'indignation, on
laisse les syndicats gesticuler quelques temps. Puis on attend que le syndicat
patronal capitule pour faire plier ceux qui sont encore convaincus. Et ensuite
on négocie un plan social déjà provisionné et financé depuis des mois sur le
dos de ces mêmes travailleurs qui seront dégommés.

On connait la musique. Symphonie en Loi Renault mineure, sous un air de requiem
pour un profit fou...

Mais lorsqu'un patron de multinationale gifle des membres de gouvernements sous
les lumières des projecteurs pour leur rappeler que les Etats n'ont rien à dire
dans le système économique, le couplet gêne un peu. Mais si peu...

Tant que les gouvernements se font complices des politiques libérales, ils sont
tolérés par le grand patronat. Mais si jamais certains élus, mis sous pression
par les travailleurs, poussent le bouchon en cherchant à reprendre la main sur
"leur" système, les maitres du jeu sortent le bâton.

L'impuissance du politique est dans ce cas d'autant plus criante que son action
parait pourtant résulter d'une logique citoyenne la plus élémentaire: une
multinationale veut se séparer d'infrastructures qu'elle n'estime pas assez
rentables. L'Etat se propose de remplir le vide pour éviter le clash social.

Si la logique du système induit le calcul économique de rentabilité,
réduisant un cataclysme social en simple variable d'une équation mathématique,
la logique politique voudrait quant à elle, en effet, qu'un gouvernement puisse
combler les vides, voire le gouffre laissé béant.

Le politique ne devrait-il pas servir à organiser la vie économique et sociale
sur le territoire pour lequel il a été élu, dans l’intérêt de ses citoyens?

D'autant que les gouvernements (les citoyens) ont déjà payé plusieurs fois le
prix de ces infrastructures, financées à coup d'aides publiques, de cadeaux
fiscaux et autres réductions de cotisations sociales.

Il s'agit donc simplement ici de récupérer ce qui appartient finalement aux
travailleurs, pour qu'ils continuent à garder leur emploi et pour qu'une région
dont l'économie dépend en grande part des infrastructures concernées ne soit
pas totalement déstructurée.

Mais ces patrons de multinationales, pour qui l'industrie n'est qu'un levier
financier, pour qui les travailleurs ne sont que des cases dans un fichier
excel, ne l'entendent pas de la même façon.

L'économie leur appartient. Le social ou le politique, quand ils ne conduisent
pas au profit, n'existent pas.

En 2010, General Motors avait déjà ridiculisé l'Etat belge.

Le géant automobile, qui disposait de plusieurs sites de production en Europe,
promettait le nouveau modèle Astra au site qui lui offrirait le plus de
flexibilité.

Alors l'Etat fédéral, pour "sauver" Opel Anvers, sous la pression de
certains syndicats, a changé la loi belge sur la flexibilité pour satisfaire la
multinationale[1].

Quelques mois plus tard, après avoir fait exploser les limites du temps de
travail pour tout le pays[2],
GM décide finalement de fermer Opel Anvers, sacrifiant des milliers d'emplois.

Comme ils doivent se marrer dans leurs cocktails guindés les Mittal et autres
patrons de multinationales, un gros cigare au bec, en se racontant quels
gouvernements et quels Etats ils se sont encore fumés...

Jusque quand?



[1] Loi du 27 décembre 2006 – Plus/Minus Conto (temps de travail porté jusqu’à
10h/jour – 48h/semaine sur une période de 6 ans

[2] Excepté en Wallonie dans le secteur des fabrications métalliques



29/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres