Alternative(s)

Alternative(s)

Réforme de l'assistance juridique: la FGTB dénonce une lourde atteinte à la démocratie

 

 

Plate-forme « Justice pour tous”

Intervention de Jean-François Tamellini le 13 juin 2013

 

 

  

On assiste, partout autour de nous, à de lourdes attaques contre la démocratie.

 

En France, il y a quelques jours, un jeune homme de 18 ans s’est fait tabasser à mort par des fascistes, simplement parce qu’il avait osé exprimer ses opinions.

 

En Espagne, au Portugal, en Italie, en Turquie, en Afrique, partout, ceux qui tiennent les rênes du pouvoir cherchent à casser la démocratie.

 

En Grèce, ils ont réussi à couper la TV publique pour mieux bâillonner ceux qui dénoncent les dérives du système et proposent une autre voie.

 

L’étape suivante, et on n’en n’est pas loin dans certains pays, c’est de brûler les livres d’histoire et on sait où cela nous mène, ne l’oublions jamais !

 

En Belgique, nous n’en sommes pas encore là. Pas encore… mais notre démocratie est largement mise à mal : ces derniers mois, le gouvernement a déposé plusieurs mesures anti-démocratiques, en voulant par exemple criminaliser les mouvements sociaux en élargissant la loi anti-terroristes notamment aux syndicats ; sans parler des fameux SAC, Sanctions Communales Administratives, dont les atteintes à la démocratie se multiplient jour après jour. Et La volonté du gouvernement de casser l’aide juridique pour tous, raison pour laquelle nous sommes réunis aujourd’hui, représente également un grave danger pour notre démocratie !

 

Le gouvernement nous dit que la justice coûte cher, qu’il y a trop de pauvres qui recourent à des avocats pro deo, ce qui engorge le système.

 

Alors, pour désengorger le système, le gouvernement ne trouve rien de mieux à faire que de rendre plus difficile l’accès à la justice pour les plus défavorisés !!!

 

Oui, dans ce pays, il y a beaucoup trop de pauvreté. 200 000 citoyens vivent aujourd’hui sous le seuil de pauvreté. Et, à cause des mesures adoptées par ce gouvernement pour réduire les allocations de chômage ou purement et simplement exclure les chômeurs, en 2015, on passera de 200 000 à 350 000 citoyens vivant sous le seuil de pauvreté.

 

 

 

Oui, dans ce pays, un pensionné sur quatre vit sous le seuil de pauvreté, dont beaucoup de femmes.

 

Est-ce que la solution est de faire des économies sur le dos des précarisés au nom de l’austérité, comme le fait ce gouvernement en cherchant à rendre moins accessible le droit à la justice, ou est-ce que la seule vraie solution ne réside pas plutôt dans une voie qui sorte cette population de la précarité ?Et, en attendant d’en finir avec cette pauvreté, de permettre en tous cas à tous les citoyens de pouvoir bénéficier d’une justice équitable et accessible.

 

Le gouvernement a choisi la voie de l’exclusion. Comme il exclut les chômeurs, comme il exclut les sans-papiers, comme il exclut certains immigrés, il veut exclure les plus défavorisés de l’accès à l’assistance juridique.

 

En augmentant les tarifs pour l’accès juridique, en augmentant le ticket modérateur pour l’accès aux avocats pro deo, quant on vit déjà sous le seuil de pauvreté, le gouvernement sait très bien qu’il exclut les plus précarisés de l’accès à la justice.

 

Il faut refinancer le droit à l’assistance juridique, mais pas sur le dos des plus précarisés, voilà pourquoi il est important que la FGTB soit ici aujourd’hui !

 

A travers la réforme qu’il veut faire passer, sans véritable débat, ce gouvernement renforce une justice de classe, creusant le fossé entre ceux qui auront les moyens de se défendre et ceux qui seront laissés sur le côté.

 

La plate-forme « Justice pour tous » à laquelle s’associe la FGTB, restera aux côtés de tous ceux qui seraient exclus de l’accès au droit fondamental que constitue le droit à la justice de qualité.

 

Que le gouvernement soit convaincu que la FGTB continuera à lui tenir tête pour défendre les droits des travailleurs, avec ou sans emplois, avec ou sans papiers, d’ici ou d’ailleurs, parce qu’une démocratie ne peut pas se concevoir en pratiquant l’exclusion.

 

La justice pour tous est un élément essentiel pour la démocratie. Nous le répéterons dans quelques instants au Premier Ministre, en lui réaffirmant notre détermination à peser pour qu’il change de voie, qu’il arrête d’exclure et qu’il en revienne au contraire à la notion de progrès social pour l’ensemble des citoyens, sans laisser personne sur le carreau.

 

Merci pour votre soutien !



13/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres